Veille-e-reputation-Analyse des sentiments, des discours
Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Actu produit
- Thibaut Stephan

serdaLAB et Interligere ont le plaisir de vous annoncer la parution de la deuxième édition de l’étude « Benchmarking des plateformes de veille », désormais intitulée « Projet de veille : méthodologie, solutions logicielles et bonnes pratiques ».

Actu marché
- Thibaut Stephan

Pressindex, spécialiste de la veille absorbé par Kantar Media en juillet 2012, publie un état de l’art du marché de la veille et de l’information.

Les contenus issus de la presse en ligne et des blogs pèsent pour plus d’un quart (27%) des retombées délivrées par Kantar Media. On constate également la forte croissance des retombées issues des médias sociaux : +37% entre 2011 et 2012.

Du point de vue de la demande, il apparaît un vif intérêt pour une veille internationale, avec un pic en 2011 et une hausse de 60% des demandes de veille à l’international.

Ce panorama est également  l’occasion de dresser les trois facteurs-clés de succès d’une veille stratégique, à savoir l’association :

- Du traitement exhaustif et automatisé de grands volumes d’information ;

- D’une analyse en temps réel ;

- Et d’une intervention humaine afin d’assurer la bonne compréhension des enjeux.

 

Source : Pressindex

Chiffres-clés
- Virginie Boillet

Le marché de la veille est composé du marché de l’édition de solutions de veille et du marché de l’externalisation de prestations de veille. Malgré des taux de croissance très honorables, respectivement de 8% et de 17%, le marché reste modeste, avec 45 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010.

Actu produit
- Elise Garet

Digimind a mis en ligne WhoGotFunded.com, un site de surveillance de levées de fonds dont la base de données suit l'évolution des transactions dans le monde, par secteur et par pays. WhoGotFunded utilise des technologies intelligentes d'extraction et d'analyse (text mining et apprentissage artificiel) prélevant des informations provenant de sources officielles (Securities and Exchange Commission) et traditionnelles (Web news), ainsi que des médias sociaux (Twitter). Ainsi, selon Digimind, plus de 12 000 levées de fonds ont été détectées depuis février 2012, soit presque 130 milliards de fonds.

Digimind précise que ce nouveau site s'adresse aux acteurs du capital risque, financement des entreprises innovantes, banques d'affaires, journalistes... Il permettra en outre de vérifier l'authenticité des informations qui circulent sur Twitter ou les blogs.

Source: Digimind

Tags : Digimind, veille
Avis d'expert
- Thibaut Stephan

Un des nouveaux enjeux du marketing réside dans l’identification des sentiments exprimés au sien des réseaux sociaux, ce qui pourrait conduire à une meilleure connaissance des clients. Tom Reamy, responsable du réseau de consultants spécialisés dans l’analyse sémantique KAPS Group, donne son point de vue.

Conférence
- Thibaut Stephan

Spotter profite du salon Documation pour démontrer l'intérêt de son offre de veille et d'analyse du discours à travers le projet mené pour Air France.

Actu produit
- Thibaut Stephan

Cette plateforme permet une veille multi sources (internet, médias traditionnels, réseaux sociaux, bases de données internes et externes).

Actu produit
- Virginie Boillet

Squido, le moteur d’exploration du web de l'éditeur Ixxo, change de modèle économique avec la sortie de la version 3. Le coût d'abonnement annuel (mode SaaS) s’adaptera désormais à l’utilisation réelle du logiciel et non plus au nombre d'utilisateurs. Cette évolution répond à une tendance à la décentralisation de la veille dans les entreprises.

Vidéos
- Virginie Boillet

Un an après la publication de l'étude "Benchmarking des plateformes de veille", réalisée en collaboration avec serdaLAB, Jérôme Bondu revient sur les nouveautés apparues depuis un an.

Actu marché
- Thibaut Stephan

TNS publie les résultats d’une étude sur les attitudes et comportements des internautes, menée auprès de 72 000 consommateurs issus de 60 pays.

Cette étude démontre les méfaits de la précipitation avec laquelle les marques se sont accaparées ces nouveaux territoires à fort potentiel, sans se soucier de trouver une justification et un réel intérêt à leur présence.

57% des participants refusent d’interagir avec les marques sur les réseaux sociaux, chiffre atteignant même 60% et 61% aux Etats-Unis et au Royaume Uni. Dès lors, une stratégie digitale inappropriée peut rapidement être synonyme de gâchis, laissant pour seule trace un compte Facebook isolé ou un blog ne générant aucun trafic.

Par ailleurs, 47% des internautes postent des commentaires sur les marques. En résulte alors du bruit, difficilement contrôlable par les annonceurs, et qui complexifie l’instauration d’un dialogue avec le public.

La zone émergente dite des “fast growth markets” (incluantnotamment la Chine, l’Inde ou encore les pays d’Asie du Sud-Est) sont nettement moins réticents face à la présence des marques sur les réseaux sociaux. Ainsi, 59% d’entre eux y voient un bon moyen de glaner des informations sur les entreprises. Les résultats concernant les internautes de cette zone sont également prometteurs puisque ceux-ci expriment le souhait d’accroître de manière significative le temps passé et le budget dépensé sur internet.

Cet enthousiasme est pourtant freiné par le coût d’internet –jugé trop élevé, en particulier dans les pays africains tels que le Ghana (81%) ou le Nigeria (71%).

Ce contraste entre les zones dites développées et émergentes est retranscrit dans cette statistique : chez les premiers, seuls 25% des internautes considèrent que les réseaux sociaux sont destinés à acheter des produits, contre 48% chez les seconds. Soulignons au passage que outils d’achats groupés sont plébiscités en Asie, mais très peu utilisés en Europe. Enfin, 34% des internautes chinois achètent régulièrement via leur smartphone.

 

 Source : TNS

 

 

 

Page 1 / 2 1 2
Powered by KB Crawl