Données publiques
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Tendance
- Thibaut Stephan

Le gouvernement danois a annoncé le 8 octobre 2012 la diffusion de ses jeux de données, invitant ainsi à une réutilisation de ces données publiques par le secteur privé.

Il s’agit donc à la fois d’une formidable opportunité en matière d’innovation et de croissance économique, ainsi que d’un nouvel élan de modernisation du secteur public. Les jeux de données concernent notamment des adresses, des numéros d’identification d’entreprises ou encore des éléments du plan du cadastre, et seront reliés directement à l’administration publique.

Le potentiel de cette initiative est estimé à 260 millions de couronnes danoises (environ 35 millions d’euros) d’économies, réalisées grâce à la réduction des coûts de transactions entre les différents organismes publics.

 

Source : ESPI PLUS

Conférence
- Virginie Boillet

La journée « Open data, la conférence » du 27 septembre dernier, dont serdaLAB était partenaire, a été rythmée par les key notes de nombreux intervenants français et internationaux de qualité. Débats autour du besoin de transparence ainsi que sur les potentialités économiques de l’open data ont émaillé la journée. Tout en insistant sur la nécessité d’un écosystème à créer autour des données, qu’elles soient publiques ou privées, et le besoin que les citoyens s’en emparent.

Tendance
- Manon Vincent

En Suisse, la Bibliothèque nationale vient de mettre à disposition du public les métadonnées de son catalogue. Cette initiative prend place dans une stratégie plus globale d’ouverture des données. Les données ouvertes sont mises à disposition sous une licence Creative Commons 0, autorisant ainsi chacun à réutiliser les données dans n’importe quel but et sans avoir obligation de mentionner la source. Il s’agit donc de « faire entrer » les données dans le domaine public. La Bibliothèque nationale indique, par ailleurs, que les autres bases de données seront progressivement mises à disposition, mais que « conformément au respect des droits de la personnalité et des droits d’auteur, ces données doivent auparavant être contrôlées ».

 Au Pays-Bas, le Parlement vient de publier un grand volume de données, au titre de données publiques. Les données « libérées » peuvent d’ores et déjà être téléchargées et réutilisées librement. Une API (Application Programming Interface ou « interface de programmation ») est actuellement testée et il sera à l’avenir possible pour les utilisateurs de formuler des requêtes afin de retrouver plus facilement les données. Les documents disponibles couvrent la période de 1814 à nos jours. Des documents plus « structurés » (c’est-à-dire possédant des métadonnées), datant de 1995 à nos jours sont également disponibles. Cette initiative est une étape importante dans le cadre des engagements de transparence pris par le Parlement néerlandais, dans la mesure où le Parlement ne faisant pas partie du corps du secteur public, n’est potentiellement pas soumis à l’ouverture des données. Rappelons que les Pays-Bas sont fortement engagés dans l’Open Data, un évènement « Apps voor democratie », ayant eu lieu le 8 septembre 2012 au Parlement afin d’examiner l’impact de l’Open Data, notamment au travers des applications créées grâce aux données ouvertes.

 

Source : epsiplatform.eu et Portail de la Bibliothèque nationale suisse.

 

Tendance
- Manon Vincent

En Allemagne, des activistes ont collecté et publié comme s’il s’agissait de données publiques, des données relatives aux transports publics longue distance (trains), ainsi que des données relatives aux transports en commun dans l’agglomération berlinoise. Cette action, nommée Open Plan B, fait suite à plusieurs mois de négociations, sans succès, entre militants de l’Open Data et sociétés de transport. Les données qui ne concernent pas uniquement les transports allemands, décrivent quelques 300 000 stations et arrêts et près d’un million de lignes de train et de bus. Toutes les données sont publiées sous une licence ODbL (Open Data Commons Open Database License). VBB, la compagnie de transports en commun berlinoise a d’ores et déjà indiqué qu’elle ferait des efforts pour libérer ses données et les mettre à la disposition du public. Un effort applaudit par les militants berlinois de l’Open Data.

 

En France cette fois-ci, la ville de Lyon vient de lancer un portail Open Data consacré aux données géographiques du Grand Lyon. La plateforme, encore expérimentale, invite les internautes à contribuer à l’amélioration du site en livrant leurs impressions.

 

Source : epsiplatform.eu.

 

Actu marché
- Manon Vincent

Preuve que l’Open Data est un phénomène mondial, les portails dédiés aux données publiques se multiplient. Tour d’horizon des dernières initiatives.

 

En Australie, deux nouveaux portails Open Data ont été récemment lancés. Le premier est une initiative du gouvernement de l’Australian Capital Territory (ACT), une région du sud-est de l’Australie dont la ville la plus fameuse est la capitale du pays, Canberra. Lors de son lancement, le portail comptait déjà 45 jeux de données, dont un tiers est automatiquement mis à jour depuis le site du gouvernement. Le projet, nommé dataACT, fait partie du vaste programme de « libération » des données publiques du gouvernement. Le second portail a été officiellement lancé par le gouvernement de la province de Victoria. Ce portail donne la possibilité aux internautes d’accéder à des données du gouvernement ou appartenant au gouvernement de la province. D’ici fin 2013, les données devraient progressivement être livrées dans un format structuré et interprétable par une machine afin de réduire les coûts de traitement des données et de faciliter leur réutilisation.

En Asie, c’est au tour de l’Inde de lancer un portail Open Data à échelle nationale en version bêta. Le portail, développé en partenariat avec les Etats-Unis, a été construit sur le modèle de l’Open Gov Platform (OGPL). Les visiteurs du portail peuvent contribuer à l’amélioration du portail en donnant leur point de vue et en suggérant des jeux des données à ajouter. Pour l’instant, le portail compte 13 jeux de données provenant des gouvernements de sept états indiens. Bien que ce portail constitue une avancée importante en matière de transparence, la réutilisation des données est encore délicate en raison des imprécisions notables quant à la licence de réutilisation.

La dernière initiative notoire en matière d’Open Data est celle de UN Habitat, l’agence spécialisée de l’ONU qui œuvre pour favoriser les villes ayant opté pour le développement durable et pour garantir un logement convenable à tous. UN Habitat vient de créer une plateforme fournissant des données sur l’ensemble de ses projets. Ce projet prend place dans le cadre du programme d’ouverture et de transparence IATI (International Aid Transparency Initiative), signé en décembre 2011. Notons que 75 pays et organisations, signataires du programme, ont déjà commencé à publier des données sur l’aide internationale. Une version bêta de la plateforme a déjà été lancée, donnant la possibilité d’explorer visuellement les données selon le budget, le pays, la région et le secteur. Toutes les données peuvent être téléchargées sous forme de tableur pour être plus facilement réutilisées. En outre, les internautes sont invités à contribuer en livrant leurs impressions et en signalant si besoin est, les données manquantes ou incomplètes. Les données sont sous licence Creative Commons et peuvent être réutilisées simplement en mentionnant leur paternité.

 

Source : Epsiplatform.eu.

 

Conférence
- Manon Vincent

Etalab, la mission interministérielle chargée de l’ouverture des données publiques en France, rappelle qu’une journée de conférences « spécialement dédiée à l’ouverture des données publiques se déroulera le 27 septembre prochain, au Centre Pierre Mendès France de Paris Bercy ». La journée portera sur « L’Open Gouvernement : perspectives futures de la démocratie numérique ». Rappelons que SerdaLAB, qui publiera très prochainement une nouvelle étude intitulée "Données publiques en France : stratégies de diffusion, projets d'ouverture et acteurs", est partenaire de l’événement et dévoilera les résultats de cette nouvelle étude lors de la journée.

 

En attendant, vous pouvez encore contribuer en répondant aux questionnaires :

- Services d'archives de ministères, collectivités, EPI, EPA etc., merci de répondre à cette enquête sur la réutilisation des archives.

- Ministères, collectivités, organismes publics, merci de répondre à l’Enquête sur la réutilisation de vos données publiques (rapports, budgets, plans…).

- Réutilisateurs privés, merci de répondre à : l'Enquête.

 

Tous les contributeurs recevront en CADEAU une synthèse de l'étude et un abonnement au fil d'information "Données publiques" du site www.serdalab.com

Nous vous remercions d'avance pour votre contribution !

 

Informations sur la journée et inscriptions sur http://www.opendata-laconference.fr

 

Source : Etalab et SerdaLAB.

Catégories : Conférence, Brève, Data, France
Actu marché
- Elise Garet

Le Ministère mexicain des Finances et du Crédit Public a mis à disposition ses données de dépenses et de budget sur le site Transparence du Budget. Cette ouverture faisait partie des engagements pris par le Mexique dans le cadre de l'Open Government Partnership. Des données concernant les finances publiques, la dette domestique ou en encore la dette extérieure, sont consultables et exportables au format excel. Des visualisations sont aussi disponibles pour permettre au citoyen de comprendre le budget du Gouvernement et ses dépenses.

 

Source: ePSIplatform


Actu marché
- Elise Garet

Le gouvernement suédois a publié son projet de construction d'un portail open data, öppnadata.se. L'Agence pour l'Innovation Vinnova a été chargée de son développement après une décision du 26 juillet rendue par le gouvernement.

La première version du portail devrait être lancée d'ici la fin 2012 et des développements plus approfondis sont prévus pour 2013 et 2014.

 

Source: ePSIplatform

Actu produit
- Elise Garet

Le Bureau du recensement (Census Bureau) a présenté le 9 août dernier une application mobile fournissant les statistiques des indicateurs économiques clés, "America's Economy". Destinée à la fois aux économistes, chefs d'entreprises et simples citoyens, cette application leur permet d'accéder à 16 indicateurs, dont le taux de chômage, le PIB, ou encore le commerce international. Les données étant mises à jour régulièrement, les utilisateurs de l'application seront alertés quand de nouvelles données seront disponibles.

Selon Robert Groves, directeur du Bureau du recensement, "le lancement de cette application est un exemple de notre engagement à donner à nos contribuables un accès plus rapide et plus facile aux statistiques que nous produisons." L'application est aujourd'hui disponible sur les appareils fonctionnant avec Android et sera disponible pour les iPad et iPhones dans les prochaines semaines.

"America's Economy" fait partie d'un projet plus large mené par le Bureau du recensement, qui a aussi cherché à améliorer les capacités de recherche et de navigation sur son site Internet et qui a ouvert ses données de recensement aux développeurs pour stimuler la création de nouvelles plateformes innovantes. Le Bureau a en outre annoncé le lancement de deux autres applications dans les prochains mois.

 

Sources: La Tribune & Census.gov

Tendance
- Manon Vincent

Longtemps réticente à l’ouverture de ses données, la RATP vient finalement d’ouvrir un portail Open Data et de mettre à disposition des internautes un premier jeu de données sur le site data.gouv.fr.

Page 2 / 9 1 2 3 4 5 ... Fin
Powered by KB Crawl