Conférence
Domaine Abonnez vous au flux RSS associé Archive RSS
Conférence
- Virginie Boillet

serdaLAB présentera les principaux résultats de son étude intitulée "Livre électronique : pratiques d'achats, usages et attentes en bibliothèques", parue en 2011, lors d'une conférence à l'agora Biblidoc, le lundi 19 mars 2012, de 10h30 à 11h30.

Conférence
- Virginie Boillet

A l’occasion de son voyage d’études au 13e (et dernier) Salon Online à Londres, qui s’est déroulé du 29 novembre au 1er décembre 2011, le GFII a organisé une rencontre afin de partager les tendances mainstream, les signaux faibles et les silences détectés.

Conférence
- Thibaut Stephan

Le séminaire organisé par le GFII et baptisé « Introduction illustrée au web sémantique : réalités et perspectives » a été l’occasion de dresser un état des lieux du concept tout en donnant des pistes pour l’avenir.

Conférence
- S. Offenstein

Sigrid Offenstein, consultante Serda et spécialiste des archives audiovisuelles, nous livre une synthèse de l'Atelier de Sémiotique Audiovisuelle en Sciences Humaines et Sociales (ASA-SHS), qui a eu lieu les 05 et 06 décembre 2011,à la Fondation maison des Sciences de l'Homme (FMSH).

Vidéos
- Virginie Boillet

Le web 2.0 bouleverse les anciennes frontières ou hiérarchies entre professionnels et amateurs de plusieurs secteurs. Les secteurs éducatifs et culturels sont particulièrement touchés. Le paradigme participatif installé par le web 2.0 amène les acteurs de ces secteurs à se repositionner et à re-conceptualiser leurs professions.

Votre navigateur doit être équipé du plugin flash pour pouvoir lire la vidéo en ligne.
Si ce n'est pas le cas, cliquez ici pour l'obtenir.

 

 

Cette intervention se penche plus particulièrement sur le cas des bibliothèques et les métiers des professionnels de l'information (bibliothécaires, documentalistes). La baisse de fréquentation des bibliothèques physiques et de leurs espaces virtuels est un fait avéré. Quel est l'état de la prise de conscience de la nécessite du changement dans la profession ? Quels propositions pour refonder les bibliothèques et leurs services à l'ère du web 2.0 ? Quels exemples réussis de mise en place des services participatifs par des bibliothèques ? Quelles questions épistémologiques ou idéologiques sont soulevées par ce paradigme participatif ? Ce sont autant de questions que cette intervention abordera avec le public pour un échange fructueux.

 

Source : Enssib

Vidéos
- Virginie Boillet

Cette video est un moment filmé de la Biennale du numérique 2011 : "Médiations, savoirs, innovations". L'étude retrace l'évolution de l'accès et de la réutilisation des données publiques en France depuis la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 jusqu'à nos jours.

Votre navigateur doit être équipé du plugin flash pour pouvoir lire la vidéo en ligne.
Si ce n'est pas le cas, cliquez ici pour l'obtenir.

 

 

Source : Enssib

Catégories : Conférence, Vidéos, Data, France
Conférence
- Thibaut Stephan

Le Centre d’Analyse Stratégique a organisé un colloque sur l’open data « Nouveaux usages d’internet, nouvelle gouvernance pour l’Etat », qui s’est déroulé le 7 novembre 2011.

Conférence
- Thibaut Stephan

Elsevier a communiqué les résultats d’une enquête menée auprès des chercheurs, qui démontre l’essor des e-books dans le domaine de l’Information Scientifique Technique et Médicale (ISTM).

Ainsi, 80% des chercheurs interrogés souhaitent intégrer les e-books à leur travail, parmi lesquels  55% y ont d’ores et déjà recours dans le cadre de certaines de leurs recherches. Cette tendance est confirmée par d’autres chiffres : ainsi, à accessibilité égale, l’usage d’un contenu électronique est 11% supérieur à celui du même ouvrage en format papier.

Les pratiques de lecture des chercheurs sont directement impactées par le format numérique. Ils lisent plus - en moyenne 270 articles  par an - mais moins longtemps (30 minutes par article, contre 50 minutes auparavant). Les e-books sont notamment jugés essentiels pour les recherches pluridisciplinaires. Les chercheurs deviennent plus exigeants, particulièrement en termes d’outils, de fonctionnalités et de contenus. Un verbatim issu de l’enquête illustre bien ce fait « Give me your data, my way " et indique que l'on se dirige donc vers une personnalisation accrue dans l’information scientifique.

La numérisation profite également aux contenus non anglophones jusqu’ici difficilement accessibles. Citons par exemple la productivité chinoise en la matière qui, bien que stupéfiante, est amplement sous-estimée par manque de visibilité. Pour donner un ordre d’idée, 110 000 articles ont été publiés cette année dans les journaux internationaux dédiés à l’ISTM. Dans le même temps, 470 000 articles ont été publiés dans des journaux chinois.

La création d’abstracts et d’index traduits, inclus dans la solution proposée par Elevier (via Scopus) par exemple, participe à l’amélioration de l’accessibilité de contenus dans les langues autres que l’anglais. Elle permet en effet aux chercheurs de découvrir des contenus en langue étrangère « cachés » dans les silos d’informations et contribue ainsi à la bonne santé de ce segment.

 

Source : serdaLAB de la Foire du livre de Francfort

Tags : Livres
Conférence
- Thibaut Stephan

Livres Hebdo a publié pour la cinquième année consécutive son classement des acteurs de l’industrie du livre, et répertorie ainsi les 87 entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 150 millions d’euros.

Les principaux enseignements tirés des derniers résultats financiers sont :

-          Le marché pèse 62 milliards d’euros en 2010,

-          Les leaders restent en place,

-          Les entreprises du Top 10 génèrent 55% du chiffre d’affaires total de l’industrie,

-          Les pertes subies en 2008 ont été récupérées au terme du dernier exercice,

-          Forte expansion des éditeurs de la zone BRIC,

-          L’information professionnelle est le segment le plus dynamique et profitable.

Les six acteurs qui figuraient en tête en 2009 le sont toujours pour l’exercice 2010, et l’ordre y est inchangé. On retrouve donc l'éditeur international Pearson en tant que leader - avec une croissance de plus de 15% - qui accentue considérablement son avance sur ses challengers. Hachette Livre,  premier groupe français,  occupe toujours la 6ème place malgré la légère baisse de ses performances commerciales.

« L’événement » résulte de l’apparition de cinq groupes issus de la zone BRIC (Brésil Russie Inde Chine). Trois entreprises brésiliennes (Abril Educação, Saraiva et Editora FTD) et deux russes (AST et Eksmo) se classent aux environs de la 50ème place et confirment l’émergence de nouvelles puissances internationales. Notons que ces nouveaux entrants sont pour la plupart originaires du secteur de l’éducation, comme c’est le cas des trois groupes brésiliens ainsi que du chinois Higher Education Press (40ème).

En parallèle, l’édition professionnelle oriente clairement son offre vers le numérique, à l’image des trois groupes d'édition Reed Elsevier, Thomson Reuters et Wolters Kluwer, pour qui la part du numérique oscille entre 50% et 90% de leur chiffre d’affaire mondial et consolident dans le même temps leur croissance.

Enfin, cette étude met en exergue la fracture numérique : ce fossé qui se creuse entre les acteurs américains et britanniques qui basent déjà leur croissance sur le livre électronique et les autres pour lesquels cette offre peine à exister. Toutefois, les lancements de plusieurs plateformes de distribution numériques en Europe (Eden et Edigita notamment) sont les signes annonciateurs d’un bouleversement à venir sur les marchés espagnols, italiens et français.

 

Source : Livres Hebdo

Tags : Livres
Conférence
- Thibaut Stephan

L’édition 2011 de la Foire de Francfort nous a réservé son lot de découvertes. Zoom sur deux nouvelles solutions qui s’offrent aux éditeurs de contenus.

On commence par PaperC, cousin de Spotify puisqu’il permet la consommation gratuite de contenu littéraire avant l’achat.

Il s’agit d’une plateforme anglophone et germanophone destinée aux universitaires, qui leur permet donc de consulter 10% d’un ouvrage gratuitement afin d’estimer son intérêt avant de l’acheter. L’autre avantage de cette plateforme numérique est qu’elle propose un contenu défragmenté et propose des achats à la page, au chapitre ou du contenu global.

PaperC est doté d’une liseuse HTML 5 compatible avec tous les supports de lecture mobiles. Les fonctionnalités incluent enfin la possibilité de constituer  des livres personnalisés annotés.

Du côté du modèle économique, PaperC applique le nouveau standard, à savoir qu'il prend une commission de 30% sur chaque vente de contenu. Notons aussi que la plateforme peut être intégrée directement sur le site internet de l’éditeur.

La grande liberté laissée à l’éditeur (défragmentation, fixation des prix) a notamment séduit Elsevier, l'éditeur scientifique, qui proposera une centaine d’ouvrages via PaperC.

Bookriff évolue dans un autre registre : le « recyclage » de contenu. Basée à Vancouver, au Canada, cette entreprise a lancé une plateforme dont l’objectif est de simplifier le processus de gestion des droits et de rétribution des auteurs. Une fois connecté, l’éditeur peut proposer son document – une revue de littérature, par exemple – et décider de l’ensemble des conditions de ventes de celui-ci : prix, termes de droits d’auteur, pourcentage reversé aux détenteurs des droits, etc. Le seul critère imposé est le revenu de Bookriff, fixé à 30%. En quelque sorte,  Bookriff propose ainsi le modèle économique personnalisé.

La période d’expérimentation en termes de modèle économique s’avère plutôt fructueuse et devrait se prolonger encore quelques temps.

Source : serdaLAB sur la foire du livre de Francfort

 

Tags : Livres
Powered by KB Crawl